Les Niort Gaels, Champions de France D2 2017!

Les Niort Gaels, Champions de France D2 2017!

Ils l’ont fait!

Le scenario a été épique, digne d’une saga estivale à l’écriture capillotractée, mais pourtant ils sont bien là nos Dragons : champions de D2!

Même si tout s’est joué sur les prés du joli complexe de Bréquigny à Rennes, il ne faut pas oublier la semaine qui a précédé. Nos gars se sont retrouvés successivement repêchés en D2 à la faveur du désistement de Toulouse puis recalés en D3 puis de nouveau repêchés : ubuesque!! Un peu à l’image des tournois avant la finale qui laissaient un fort goût d’inachevé.

Loin de tous ces atermoiements, une fois n’est pas coutume, les dragons attaquent le tournoi pied au plancher avec une première victime en ligue bretonne : Vannes. (1-4 / 0-4)
Contents de leur entrée mais sans plus, les dragons avancent tranquilles mais déterminés.

Une pause (interminable) nous emmène au second match contre Provence. Nous ne nous attarderons pas sur ce match qui s’est avéré être une parodie de football gaélique que les dragons auront perdu avant tout au mental (2-1 / 1-5).

A peine le temps de digérer les évènement que les dragons enchainent contre Kerné (Quimper). Une très belle équipe de gaélique aussi bien dans le jeu que dans l’état d’esprit. Très joli match conclu par une nouvelle victoire de nos niortais! (0-5 / 0-3). Belle capacité de remobilisation : c’est prometteur!

Après les calculs scientifiques des organisateurs et officiels, les Dragons sont qualifiés en demi-finale contre l’équipe de Lorient. La pause avant les demies est encore une fois longuette et les dragons passent en mode détente semblant détachés de l’enjeu à venir. Pourtant le Dragon ne dormait que d’un œil…

Après un nouvel échauffement tonique et studieux mené de main de maître par le coach, les Dragons attaquent leur demi-finale contre les lorientais. Rien ne peut décidément arrêter ces Dragons. Ni le passage du synthétique à l’herbe, ni une première mi-temps chaotique en terme de jeu et de réalisme offensif n’empêcheront les Dragons de marquer le 2e mi-temps de leur empreinte pour se qualifier en finale contre Azur. ça célèbre, ça chante, ça danse c’est du tout bon. (1-4 / 1-2)

Chauds et sur leur lancée, les Dragons prennent le parti, en accord avec Azur, d’enchainer les 2 matches avec 5-10 minutes de pause. Les gars se reconcentrent sans se mettre la pression. Première finale de l’histoire du club bordel! On là joue pas : on là gagne!

Tout le monde est bien dedans au moment d’attaquer cette finale. Nos fidèles supportrices sont en place, les gars d’Angers viennent même donner un peu de la voix. Pourtant, les dragons font encore une première période mi-figue mi-raisin. Toutefois, aucune démobilisation à l’ordre du jour, très peu d’écart, aucune raison de paniquer. La 2e mi-temps prend une toute autre tournure et les dragons sont là dans les moments clés. Le 3 points qui fait mal, le physique qui ne faiblit pas (merci coach de nous avoir fait autant souffrir), les dragons prennent le dessus en deuxième moitié de seconde période. Le score final est assez sévère (3-7 / 2-2) mais la finale fut plus accrochée qu’il ne le laisse penser!

C’est l’explosion! Coach est au 7e ciel porté par ses joueurs, on voit quelques larmes couler sur les joues des plus anciens, les gars chantent, crient, dansent, les filles viennent partager la fête : ils l’ont fait! Le premier titre de l’histoire des Niort Gaels est dans la poche!

Une fin de saison en demi-teinte

Une fin de saison en demi-teinte

On y croyait oui, on était venu pour ça! …au moins tenir notre 5ème place de l’année passée et bien sûr faire encore mieux, côté filles comme garçons. Mais la terre du milieu nous a fait douter de notre saison pourtant bien réussie… on oublie donc ?!

Désillusion des filles

La pression était au rendez vous puisque les dragonnes avaient réussi à se hisser  à la seconde place du classement, avant le dernier tournoi. Mais les dragonnes, un peu trop la tête dans les nuages, sont passées à côté du grand rendez-vous Clermontois. Le premier entre-deux marque une confrontation de choc, contre des auvergnates gonflées à bloc.

A la première période ce sont les bleues et or qui sont à la manœuvre et mènent au score. La réaction des Niort-Angers se fait ressentir en seconde période. L’entente parvient à occuper l’espace du terrain, et adopte un comportement plus libéré.

Les deux équipes sont au coude-à-coude et malgré trois montants qui auraient pu faire pencher la balance avec plus de chance, les deux équipes se satisferont du match nul. Le second acte contre Toulouse est plus décevant pour les dragonnes.

En première mi-temps, les niortaises ont très peu d’occasions franches face à un solide mur défensif. Au coup de sifflet le score est serré, mais ne reflète pas la domination Toulousaine, malchanceuse devant les cages. En seconde période, la vague verte, forte et habile, a logiquement fait plier une résistance niortaise essoufflée.

Les dragonnes dernières de leurs poules se démotivent, et passent à côté de leur match contre Lorient. Capables de mieux, les filles n’avaient plus l’esprit combatif et l’envie qui auraient pu leur permettre de sauver une 5e place.

Sur cette note finale, le bilan est pourtant bon, car il s’agissait de la première saison pour la plupart de l’équipe. Une forte progression s’est ressentie au fil des confrontations et et l’équipe n’a rien à regretter.

Rennes Championne de France

A domicile, les clermontoises sont sorties glorieuses d’une petite finale remportée contre une équipe Paris-Bordeaux, en manque d’inspiration. Rennes a de nouveau dominé les débats avec un collectif aux qualités inégalables.

Les Toulousaines peuvent être fières d’avoir mené contre les bretonnes une prestigieuse finale, et n’ont rien à regretter car elles ont tout donné. Si les Rennaises ont dominé les débats en second période, les toulousaine ont renversé la tendance, mais pas suffisamment pour enlever le titre aux Bretonnes.

Merci à toutes les équipes.

A Toulouse, pour leur aide, mais aussi pour avoir accepté que Marie et moi portions haut leur couleurs pour disputer une finale à leur côté. A Rennes  qui nous a complété tout au long des rencontres, sans qui nous n’aurons pu jouer ce weekend.

L’aventure d’une journée sur Facebook

Les Dragons reviennent de loin

Les Dragons reviennent de loin

Samedi 14 mai se tenait, à Toulouse, la 3ème et dernière manche du championnat de France fédéral masculin de football Gaélique. Le soleil gascon n’était malheureusement pas de la partie mais chacun était prêt à en découdre.

L’enjeu était important pour les Niortais : conserver une place dans les 6 premiers du classement pour valider leur ticket pour le Shield (2ème division) en finale du championnat de France dans un mois à Clermont-Ferrand.

Et les Dragons attaquent justement le tournoi contre les Auvergnats qui visent la qualification en élite. Comme lors de leur confrontation au tournoi de Paris, Niort adoptent une stratégie défensive. Mais les Clermontois sont, cette fois, plus en réussite au 1 point. En attaque, Niort joue par à-coups. Si certaines occasions sont bien construites, c’est insuffisant pour espérer gagner. Les jaunes et bleus remportent ainsi la rencontre grâce à un match maîtrisé.

Sans reprendre leur souffle, les Dragons enchainent face à Paris A qui vient défendre son titre de champion fédéral. Niort développe un peu plus de jeu qu’au premier match et parvient à atteindre la mi-temps avec seulement 3 points de retard. Mais 5 minutes de relâchement en seconde période permettent aux Franciliens d’inscrire plusieurs buts et de creuser définitivement l’écart. Malgré la défaite, les Dragons ont pris plus de plaisir sur ce match.

La 3ème rencontre les oppose à Provence. Les 2 équipes partagent avant ce tournoi la 6ème place synonyme de qualification pour le shield. Le résultat du match est donc très important pour la suite de la compétition. Sans doute stressés par cet enjeu, les Niortais bafouillent leur gaélique. Ils cherchent à marquer par des exploits individuels et facilitent la tâche de la défense provençale très bien organisée. Cela permet aux Provençaux de tourner à égalité de points à la mi-temps. Ils prennent même le dessus des Dragons en seconde période. Seul un smash de Stéphane permet à Niort d’arracher le match nul à la dernière seconde.

Mais, grâce à une meilleure différence de points, Provence prend la 3ème place du groupe et laisse les Dragons dernier du groupe. A cet instant, la qualification pour le Shield est un tout petit point dans un horizon aussi sombre que le ciel toulousain. Car pour continuer à espérer, il faut vaincre l’équipe de Paris B, ce que les Niortais ne sont pas parvenus à faire lors des 2 dernières confrontations.

Les Dragons décident alors de se concentrer d’abord sur le jeu avant le résultat. Et cette stratégie s’avère payante. Les attaquent des Niortais sont mieux construites et la défense est plus haute et agressive. Le spectre du tournoi de Bordeaux (défaite à la dernière minute sur un but casquette) aurait pu refaire surface après un pénalty raté et un but encaissé, mais Niort a su garder son sang froid pour s’imposer logiquement.

Une victoire qui permet aux Dragons de jouer le match retour contre Provence. Plus frais physiquement (sans doute grâce aux heures de gainage réalisées à l’entrainement), les Niortais prennent rapidement le dessus sur leurs adversaires. Signe de leur jeu retrouvé, Titi éteint les espoirs provençaux en inscrivant un superbe but, lui qui était muet devant les cages depuis quelques rencontres.

Grâce à cette dernière victoire, les Dragons termine 5ème du tournoi et valide leur qualification pour le Shield. Un résultat à peine espéré 2 heures avant.

Les Niortais ont pu célébrer ce résultat durant le très bon repas organisé par les Tolosa Gaels, vainqueur de la compétition. Ils ont ensuite arpenté la ville rose, multipliant les exercices de récupération : réhydratation, étirements, marche à pied, vélo… voir balnéothérapie pour certains.

Place maintenant à la préparation de la finale du Championnat de France où les Dragons retrouveront Bordeaux, Paris B ainsi que Vannes, Lorient et Pordic/Saint-Brieuc. Un beau tournoi en perspective.

Et sur Facebook